Augmentation mammaire

L’augmentation mammaire aussi connue sous le nom d’addition mammaire permet d’augmenter de façon harmonieuse le volume des seins s’il est insuffisant.

Le volume de la prothèse mammaire doit être choisi selon les vœux de la patiente mais aussi selon sa morphologie : une prothèse trop importante donne un aspect très tendu et peu naturel au sein.

Les implants mammaires

Des implants mammaires remplis d’eau saline ou de gel de silicone peuvent être utilisées. Le choix fera l’objet d’une discussion avec le Dr Bensimon et les avantages et inconvénients de chaque type d’implants vous seront expliqués.

Sachez que depuis le 20 octobre 2006 Santé Canada a homologué les prothèses de gel de silicone cohésives pour l’augmentation mammaire.

Tous les implants mammaires sont composés d’une enveloppe externe en élastomère de silicone (silicone solide) qui est au contact de l’organisme. Cette enveloppe peut être lisse ou rugueuse.

Les implants au gel cohésif de Silicone sont pré rempli car le produit de remplissage a été incorporé en usine (gel de silicone), son volume est donc fixé par le fabricant.

En revanche, les prothèses mammaires gonflables au sérum physiologique sont remplies par le chirurgien qui peut adapter dans une certaine limite le volume de la prothèse pendant l’intervention.
D’autres matériaux de remplissage tels que l’huile de soja, le PVP ou l’hydrogel ont également été essayés mais ne sont pas utilisés actuellement.

Les prothèses rondes sont encore actuellement les plus employées. Leur projection de profil et leur base varient selon les modèles et les fabricants.

Depuis quelques années il existe des implants dits « anatomiques » ayant une forme de goutte d’eau dont l’implantation peut être plus naturelle en particulier en reconstruction du sein.

Différence entre les implants à l’eau saline et les implants au Gel de Silicone cohésifs utilisés pour l’augmentation mammaire.

Implants Eau Salines Gel cohésif
Coût Les moins dispendieuses Plus dispendieuses (+/- 1000$)
Longueur des cicatrices 2.5 à 3cm 5cm
Coques fibreuses Très rare Pas si rare
Feeling Parfois plis ou vagues palpables sur les cotés plus naturel au touché
Position Sous le muscle pectoral seulement Sur ou Sous le muscle pectoral selon le cas
Longévité Jusqu’à rupture 15 à 20 ans

La consultation pour une augmentation mammaire

Avant de procéder à une augmentation mammaire, Dr Bensimon doit examiner la glande mammaire, il doit aussi évaluer la qualité, l’épaisseur de la peau, l’existence d’un relâchement éventuel et la morphologie du thorax. Des mesures sont faites afin de déterminer si votre constitution est compatible avec la taille de l’implant choisi et d’évaluer si un redrapage mammaire concomitant est nécessaire.
Le type d’implants utilisés, leur taille, le site de placement et l’incision utilisée doivent être adaptés à chaque patiente. Il est donc primordial de discuter de ces facteurs avec Dr Bensimon lors de la consultation.

Les risques de l’augmentation mammaire

L’augmentation mammaire procure un très haut taux de satisfaction, cependant comme il s’agit d’une procédure chirurgicale il convient que toute patiente qui désire subir une augmentation mammaire soit avisée des risques potentiels.

Les risques d’une augmentation mammaires sont faibles. Ils comprennent l’infection, l’hématome, les cicatrices, le changement de la sensibilité des mamelons, l’asymétrie, l’effet sur l’allaitement, les effets éventuels sur l’interprétation des mammographies, et la calcification à long terme.

La contraction capsulaire ou le durcissement post opératoire peut éventuellement nécessiter une chirurgie additionnelle. Le chirurgien vous expliquera en quoi cela consiste.

L’augmentation mammaire

Une augmentation mammaire est habituellement réalisée sous anesthésie générale et dure environ une heure.

Le Dr Bensimon utilise le plus souvent une cicatrice discrète sous le sein. La cicatrice sous le sein est la plus utilisée dans le monde en raison de sa fiabilité et de son haut taux de succès.

Une augmentation mammaire peut aussi se faire par une incision autour du mamelon surtout si un redrapage mammaire concomitant ou une réduction des aréoles est planifié.

L’incision sous l’aisselle est rarement utilisée. La raison principale étant que le taux de révision est plus élevé qu’avec l’incision sous le sein ou autour du mamelon et que sa longueur est somme toute identique.

Après l’augmentation mammaire

  • douleurs des seins et des aisselles (contrôlées par médicaments antalgiques)
  • existence d’un œdème post-opératoire ce qui donne initialement au sein une forme plutôt rectangulaire au début (surtout si la prothèse est placée sous le muscle).
  • ecchymoses légères post-opératoires (bleus) 15 jours
  • première douche le 3ieme jour
  • port permanent du soutien-gorge de maintien la journée pendant 1 à 2 semaines au moins
  • pas d’exercices ou d’efforts sportifs pendant 6 semaines après la chirurgie.
  • convalescence et retour au travail: 2 à 3 semaines selon le type d’emploi.
  • Points fondants.

Quelques points à démystifier sur l’augmentation mammaire

Q. La silicone est-il dangereux pour la santé ?
R. La silicone est utilisée depuis 1950 comme matériau implantable. Il est considéré comme le biomatériau le mieux toléré car non allergisante et inerte.

Dès la naissance nous sommes exposés au Silicone. On estime à environ 6g la quantité de silicone présente dans l’organisme d’un adulte.

Outre l’augmentation mammaire la silicone est utilisée comme lubrifiants d’aiguilles, de seringues et d’instruments de chirurgie mais aussi comme anti-mousse dans les colles, comme anti-adhésifs dans certains pansements, mais surtout en cosmétologie dans certains fards. On le retrouve aussi bien dans les tétines pour bébés que dans les crèmes solaires, les rouges à lèvres, les déodorants et de nombreux médicaments.

La silicone a été faussement incriminée comme pouvant déclencher des maladies auto-immunes chez certaines personnes. En raison du nombre considérable de femmes ayant des prothèses mammaires (estimé à plus de 10 millions), il est normal d’observer chez certaines femmes des associations de pathologies.

Aujourd’hui, il n’existe aucune preuve tangible scientifiquement reconnue d’augmentation du risque de maladie auto-immune ou de cancer sur prothèses de gel de silicone ou saline.

Q. Y a-t-il des implants plus surs que d’autres sur le plan médical ?
R. à ce jour il est impossible d’affirmer scientifiquement qu’un implant soit meilleur qu’un autre pour la santé des patientes. Les normes de fabrications sont strictes et applicables à tous les fabricants.

Toutefois, comme tout procédé industriel, l’expérience de certains laboratoires joue en leur faveur. Ainsi certains chirurgiens préfèrent utiliser une seule marque d’implant avec laquelle ils ont de l’expérience.

Q. Les implants prédisposent-ils à un cancer du sein ?
R. Aucune étude n’a jamais démontré que tel pouvait être le cas. Il n’existe pas de données établissant que des implants mammaires peuvent provoquer un cancer. Si vous êtes à risque de cancer du sein parlez en à votre médecin.

Q. Après combien de temps devrai-je changer mes implants?
R. Peu importe le type d’implants sachez qu’ils ont une durée de vie limitée qui n’est pas connue de façon précise mais qui n’est pas infinie.

Pour de plus amples informations sur l’augmentation mammaire

Nous vous invitons à visiter notre site Web parlant exclusivement de la chirurgie des seins.

Visiter notre site web

OBTENEZ UNE CONSULTATION

Que ce soit pour l’un ou l’autre des soins que nous offrons, n’hésitez plus.
Contactez-nous afin de planifier votre consultation auprès du Dr. Éric Bensimon.

Prendre un rendez-vous maintenant